Choisir ses chaussons d’escalade

4

Catégorie : Montagne, Escalade, Via Ferrata

L’avis du débutant

Un débutant qui veut donner son avis ?

De quoi faire bien rigoler et horrifier la plupart des grimpeurs.

Mais le vrai grimpeur est calme, prédisposé à l’écoute et à la réflexion.

Et moi, je ne sais pas me taire et cette fois ici, je pense que mon opinion peut vous intéresser.

C’est la rentrée et, comme à chaque année, plein de monde vient pour découvrir le merveilleux monde de la grimpe.
On est tous bien motivés et encore chargés des énergies estivales. Il faut en profiter au maximum.

J’ai toujours connu la montagne, mais ça ne fait pas longtemps que j’ai été initié à l’escalade.

Inutile précision : une passion fulminante !

Malheureusement, mise à part la passion, l’escalade demande aussi un certain investissement en matière d’équipement.
Bien que débutant, je n’ai pas voulu me priver !

Un club c’est parfait pour débuter.
Du monde prêt à t’accueillir, des bons conseils et des guides fiables : on est jamais seul!

En plus, la plupart du matériel est là à disposition.

Mais, mis à part le souci de la tenue de grimpe (à chacun ses gouts et ses préférences) , il existe un problème fondamental : les chaussons.

C’est vrai que pour la première fois on dit que l’on peut y aller avec de simples baskets, surtout si on a jamais eu aucun contact avec l’escalade. En fait il s’agit de voir si ça nous plait l’ambiance.

Mais, soyons clairs, on est tous bien d’accord que c’est pas des baskets qu’il faut pour grimper.

L’escalade c’est une question de sensibilité et de sensibilité des pieds avant tout.
Et on le voit déjà dans la vie des tous les jours : si on n’est pas bien avec les pieds, on est pas bien du tout !

Dans ma petite expérience de grimpeur j’ai déjà changé plusieurs fois de chaussons dans le but de trouver « Les Chaussons ».

Je m’en souviens encore de la première fois où je suis entré dans un magasin pour acheter des chaussons. Et de la deuxième aussi.

On a jamais connu ça et on a aucune idée de quoi chercher ou à quoi s’attendre.
On peut y aller avec un copain déjà expérimenté mais les sensations sont personnelles et on n’est pas fait pareil.
Et en plus on a déjà entendu tout et n’importe quoi sur le sujet.

Il faut que soit serré, 2 tailles de moins pour améliorer la sensibilité.
Il faut que soit ta taille. Il faut que soit confortable et efficace. (C’est quoi déjà ??)
Dur. Non, souple.
Chaussette ? absolument pas. Mais ça pue moins !
Cette marque, sans faute. Mais sur le magazine il y avait la pub de celle-là.
Attends, cette paire c’est cool. Mais le copain de la cousine du frère du pote de mon ex-copine avait celle-ci!
Enfin, t’as vu le prix ?
Moi, je pense bien que ces chaussons tout simples vont bien faire l’affaire. Je débute en salle, je ne dois pas escalader le Mont Blanc ! Et l’Himalaya non plus !!

Et encore : jusqu’à Lyon pour des chaussons ?
Et si après je les utilise juste quelques fois et que j’abandonne ?
Il faut trouver le temps d’y aller. En voiture ou en train ?
Parking, coût des tickets… Une paire de chaussons en n’étant pas sur de la suite, ça justifie le voyage ?
Mais non, on a bien des magasins de sport ici à coté, ça ira très bien !

Eh bien, je ne sais pas vous, mais le choix de ma première paire de chaussons a été complètement raté.
Pas de marque (je n’ai pas le temps d’y aller à Lyon !), mais chères quand même, parce je m’étais dit qu’il fallait pas n’importe quoi non plus (Quechua Vuarde Tech – 69€).

Trop large, trop dur. Toujours accroché à tout ce qui est à porté de mes bras, mais une prise de pieds, ça, je n’en ai jamais connu.

«Vas-y, mets ta pointe, pousse et monte ! c’est facile ! »
« Allez, tu fais une adhérence et ça monte tout seul ! »

Ouuiiii…. Si tu le dis !
Mais je n’ai jamais compris le sens de ce mot.
Un langage que seulement les élus peuvent comprendre !

Finalement vint la belle saison et la falaise !
Le début en salle c’est bien. Mais la falaise, c’est encore mieux !
Le soleil, le plein air, la sensation de la roche sous les mains.
C’est incomparable !
En plus on est entre potes, qu’est ce que vous voulez de plus ?

Mais si déjà en salle on s’accrochait par tout avec le bouts des ongles en glissant sur chaque prise comme un chaton qui apprend à grimper aux arbres (on voudrait bien ses griffes d’ailleurs !), en falaise on est vraiment sans espoir. C’est la galère !

Enfin, un mauvais chausson vous enlève tout le plaisir de la grimpe !
Il ne vous permet pas de découvrir la signification de la grimpe.

Avec la deuxième paire de chaussons (Red Chili – Spirit, 74€) ça été un peu mieux.
Je commençais à me faire une idée de ce que je voulais et c’est celle qui m’a permis de me faire autant plaisir en falaise pendant toute l’été et de progresser réellement (sans rien enlever à tous ceux qui m’ont aidé et conseillé, c’est clair !).

Maintenant, bien que débutant, je suis déjà à ma troisième paire, guidé par le conseils d’un véritable expert (le « vieux BE », Fred Verne) qui trouvait mes chaussons pas tout à fait adaptés.

Cette fois ci, plus de questions : je voulais « Les Chaussons ».
J’ai essayé d’imaginer les sensations que je voulais ressentir, j’ai regardé les autres, et notamment les meilleurs, comment il grimpent et comment ils sont chaussés.
J’ai posé des questions et j’ai regardé tous les modèles existants ainsi que leurs caractéristiques.
Blogs, sites web d’escalade et sites des magasins.
Mais surtout moi et les gens dans lesquels j’ai confiance.

Faut-il le préciser? La troisième fois c’était la bonne ! (La Sportiva – Testarossa, 99€)

Peut être un peu plus chers que le premiers(???) mais grâce à eux j’ai découvert un monde plein de prises, reliefs, fissures… des petits trucs minuscules, que l’on ne voit même pas mais qu’on sent très bien. Ces chaussons permettent de franchir tous les murs et toutes les falaises !

« Ne t’inquiètes pas, tu t’appuies et tu verras que ça tient ! »

« C’est vrai ! t’as parfaitement raison ! »

J’ai essayé des voies que je ne croyais possibles qu’avec des ailes, et je ne les ai même pas vu passer !
Un jeu d’équilibre où les mains servent juste d’appoint. Un vrai plaisir !

Enfin, voici la morale de cette histoire.
Si vraiment vous pensez aimer ce sport, ouvert à tous (pas de limite d’âge, capacité, origine sociale) et si vous êtes disposé à investir un minimum, ne lésinez pas sur les chaussons !
Ils changent tout et vous ne le regretterez pas.

Et si vraiment vous décidez d’abandonner l’escalade, de bons chaussons seront toujours plus faciles à revendre !

A plus,

J.

Partager Suivre

4 réflexions au sujet de « Choisir ses chaussons d’escalade »

  1. S

    Super ton article!
    En tout cas j’avais bien apprécié cette journée qu’on avait passé à choisir du matos au Vieux Campeur!

    Ceci dit tu as entièrement raison le choix est totalement personnel!

    X

  2. dreamz

    Pour ma part, j’ai trouvé mon bonheur chez Expé, (également à lyon), ils n’ont pas un mur d’escalade comme au vieux campeur, juste un morceau de contre-plaqué avec quelques prises, mais possèdent d’autres modèles. Expé fait 10% de remise sur présentation de la carte FFME. Ted m’a dit qu’ils faisaient 15% pour les 3 mousquetons, c’est à vérifier, je ne le savais pas quand j’y suis allé.

    Pensez bien à garder le ticket de caisse lors de l’achat, sur des Millets (défectueux) achetés au vieux Camp, je ne l’avais plus (donc pas d’échange direct) et j’ai du attendre 3 mois une nouvelle paire.

    Après un ressemelage je peux dire que les Millet offrent un excellent rapport qualité prix.

  3. Arnaud

    Vrai qu’il est difficile de se planter en tapant dans ce qui se fait de mieux 🙂

    Reste que le grimpeur passionné disposant du budget ne regrettera pas d’avoir investit dans d’excellents chaussons d’escalade… à ne pas « gâcher » sur un mur de salle 😉

Les commentaires sont fermés.